Espace PRO

Découvrez toutes les informations utiles
aux professionnels et acteurs du tourisme
en Haute Bretagne

Appel à candidatures pour le renouvellement de la stratégie du CDT

Le CDT Haute Bretagne Ille-et-Vilaine souhaite faire appel à un prestataire extérieur pour une nouvelle stratégie.

Cette mission de conseil, qui s'appuiera sur un bilan des actions du CDT et des prescriptions pour préparer l'avenir, devra permettre de définir des méthodes de travail nouvelles et des outils de pilotage de son activité.


LE CONTEXTE


Présentation du CDT


Créé en 1973, le Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine est une association loi 1901, dont les membres sont composés d’élus locaux et acteurs socioprofessionnels.  
Selon les termes de la loi du 23 décembre 1992, portant sur la répartition des compétences dans le domaine du tourisme, le CDT, créé à l’initiative du Conseil Général, prépare et met en œuvre la politique touristique de l’Ille-et-Vilaine.


Au terme d’une réflexion stratégique menée en 2014 sur les missions et l’organisation du CDT, l’activité de l’institution est aujourd’hui structurée autour de deux pôles, un pôle communication et un pôle ingénierie.


Le CDT, qui s’appuie sur une équipe technique de 16 personnes,  

  • Propose une expertise et conseils auprès des professionnels (Mise en marché de l’offre d’hébergement, animation du réseau Haute Bretagne Evènements réseau départemental de professionnels filière Tourisme d’affaires) et des collectivités et institutionnels du tourisme,  
  • Assure la promotion de l’offre touristique départementale,
  • Fait de l’observation et de la veille touristique.

Aujourd’hui, plusieurs facteurs conduisent à réinterroger la stratégie, les objectifs et les actions du CDT.



Des évolutions marquantes de l’environnement


Les mutations qui interviennent dans le tourisme, l’impact de la loi NOTRe, et le renouvellement de la politique départementale formalisé au sein du projet 2016-2021, conduisent à repenser l’action du CDT.

 

La mutation rapide du tourisme


Le tourisme se borne de moins en moins à une proposition de parcours balisés. Le touriste aspire à une expérience de vie, qu’elle soit sportive, culturelle, naturelle, éducative, gastronomique…, vivre des émotions, partager des moments, rencontrer des territoires et leurs habitantes et habitants, reflet d’une curiosité et d’une ouverture d’esprit. Ces évolutions constituent une chance pour les territoires qui s’y préparent et proposent aux touristes un voyage singulier dans ce qui fait leur attractivité et leur singularité.
Dans le même temps, tous les spécialistes du tourisme soulignent la rapidité et la brutalité des mutations à la fois sociologiques (séjours plus courts, attentes de plus en plus diversifiées, recherche de sens, tourisme de proximité, exigences des touristes, pratiquant régulier…) et technologiques qui touchent ce secteur.
Ces changements bouleversent ici plus qu’ailleurs les pratiques touristiques (CouchSurfing, Tripadvisor, Airbnb, plateformes de comparaison de l’offre hôtelière, de restauration, blogs, …) en obligeant les professionnels, comme les territoires à des adaptations à marche forcée.
On voit donc surgir de “nouvelles” attentes à l'égard des institutions en général, et en particulier de la part des professionnels aux prises avec une concurrence nouvelle qui bouleverse les équilibres des marchés.
Il y a un enjeu pour le CDT à bien identifier, prendre en compte ces évolutions, évaluer et le cas échéant repenser son action à l’aune de la valeur que l’institution peut créer au sein du territoire.


L’impact de la loi NOTRe


Le Tourisme est une compétence partagée entre la Région, les Départements et les EPCI (Établissement Public de Coopération Intercommunale).
La loi n°2015-991 du 7 août 2015 portant nouvelle organisation territoriale de la République, dite loi NOTRe, change la donne concernant la compétence tourisme des collectivités territoriales.
A l’exception des communes ayant une marque territoriale protégée et les communes stations classées de tourisme, la loi confère désormais aux intercommunalités la création, l’aménagement, l’entretien et la gestion des zones d'activité touristique, ainsi que la promotion du tourisme (offices de tourisme).  
Cette compétence traditionnelle des communes a été transférée aux communautés de communes (L. 5214-16 du CGCT), aux communautés d’agglomération (L. 5214-23-1), aux communautés urbaines (article L. 5215-20 du CGCT) et enfin aux métropoles (article L. 5217-2 du CGCT) le 1er janvier 2017.
La loi NOTRe rebat donc les cartes du tourisme à l’échelle des territoires de proximité.  
La période actuelle est donc une période charnière, propice au sein des intercommunalités à une réflexion nouvelle sur la stratégie touristique du territoire. Il y a donc un enjeu pour le CDT à participer pleinement à l’épanouissement du tourisme à l’échelle des territoires départementaux.


Le projet départemental et la “feuille de route” du CDT


Le projet de l’assemblée départementale, adopté en juin 2016 définit les priorités politiques nouvelles jusqu'en 2021. La politique touristique départementale a été votée en session de 27 février 2017 (Cf dossier joint).
Parmi celles-ci figurent la volonté de :
•    « Conforter la qualité de vie et la cohésion sociale par des politiques volontaristes dans les domaines de la culture, du sport, de la jeunesse, de l’éducation populaire, de l’égalité femmes/hommes et du développement durable »,  
•    et « d’agir pour un développement équilibré de l’Ille-et-Vilaine en renforçant le soutien aux territoires les plus fragiles ».
La mise en œuvre de ce projet départemental s’accompagne d’un projet d’administration forgé autour d’une organisation désormais matricielle. Ce dernier met en avant des objectifs d’efficience, de reconnaissance de l’action départementale et d’audace dans l’initiative.  
Le projet de l’Assemblée départementale conduit à l’affirmation des compétences et de l’expertise de l’institution départementale dans ses champs d’intervention, le renforcement de la collaboration avec les partenaires, et la prise en compte des usagers et des acteurs locaux des territoires.
Le CDT, outil opérationnel de la politique touristique départementale doit donc naturellement être partie prenante de ce projet et contribuer à la réussite des objectifs de l’assemblée départementale.


 
ELABORER UNE STRATEGIE NOUVELLE


Fort de ces évolutions, le CDT souhaite renouveler sa stratégie.


En effet, trois grands enjeux ou axes stratégiques semblent aujourd’hui se dessiner pour le CDT 35 :

 

  • Contribuer à la mise en tourisme “du” et “des” territoires départementaux,

Avec l’avènement de la loi NOTRe, beaucoup des territoires départementaux envisagent de structurer une nouvelle stratégie touristique. Certains ont déjà engagé cette démarche. Le CDT pourrait clairement s’inscrire en soutien et partenariat avec les EPCI et OTSI qui entreprennent ces réflexions. Les territoires du 35 sont hétérogènes concernant le tourisme : des territoires ayant une expérience de longue date, et des « novices », « nouveaux venues » ; besoin de créer une culture commune.

Le travail que mène le CDT avec les OTSI et le CRT pourrait par ailleurs être renforcé en clarifiant les objectifs, les champs et les modalités de collaboration avec chacun, et en privilégiant la mise en place d’actions collectives (communication, formation, innovation...) avec une exigence globale de montée en compétences.
Ce travail devrait viser à consolider et conforter l’offre touristique des territoires en permettant notamment de mieux accompagner et mettre en valeur les professionnels du tourisme qui sont au cœur de la production de valeur.
A cette occasion, le CDT 35 pourrait faire évoluer sa communication en retravaillant les cibles, l’observation de la concurrence, et le positionnement de l’offre touristique territoriale, la gestion de l’expérience client.

 

  • Décloisonner le développement touristique,

Il y a un enjeu à engager l’ensemble des parties prenantes du tourisme (agriculteurs, artisans, industriels, associations sportives, gestionnaires d’équipements, acteurs culturels…) à travailler ensemble à la mise en tourisme des territoires, en cultivant, quand c’est possible toutes les synergies locales.
De la même manière, Il y a aujourd’hui un enjeu à favoriser la mise en réseau des acteurs touristiques, en proposant d’animer un réseau des techniciens du tourisme. à l’échelle départementale.  
Enfin, ces enjeux doivent être mis en cohérence avec le projet départemental en matière sociale, culturelle, sportive, environnementale.
Ainsi, la mise en valeur des ENS, du tourisme social et participatif, d’une pratique récréative du sport, d’un accès plus large à la culture doivent constituer des fils conducteur de l’action du CDT 35.

 

  • Animer la réflexion sur le développement du tourisme départemental.

Le CDT pourrait occuper une fonction de plateforme d’expression départementale sur le tourisme et de force de proposition.  
Ainsi, le CDT pourrait se saisir de nombreux sujets traversent l’action des acteurs du tourisme: la taxe additionnelle de séjour, Airbnb, le tourisme durable, social, l’accès à des financements spécifiques pour favoriser l’innovation touristique…  
Sur tous ces sujets et bien d’autres encore, le CDT pourrait constituer un lieu d’échange privilégié pour nourrir ou enrichir la réflexion (veille), en créant des débats, et le cas échéant en formulant des propositions.


Ces grands enjeux ont été validés par le Conseil d’Administration du CDT du 9 mars 2018. De fait, ils doivent pouvoir être parfaitement lisibles dans l’action future du CDT 35.


Pour ce faire, un travail est engagé. Il s’organise en deux phases :

 

Phase 1 : l’élaboration d’un bilan des actions du CDT et de prescriptions pour préparer l’avenir. Cette phase est traitée par le CDT. Elle s’articule autour des 5 groupes de travail suivants :

  • l’observation,
  • l’animation, coordination de réseaux & filières professionnelles (Haute Bretagne Evénements, Accueil de groupes, Salons)
  • l’accompagnement des professionnels (Plateforme de réservation, Meublés, …)
  • et la stratégie marketing et de communications.

Ils rendront leurs conclusions en mai/juin 2018 prochain.

L’objectif de cette démarche consiste à évaluer comment le CDT répond aux enjeux nouveaux en identifiant les forces dont il dispose pour le faire et les efforts à engager pour atteindre ces objectifs nouveaux.

Cette première étape constitue le point de départ de la réflexion sur la stratégie du CDT, objet du présent cahier des charges.


Phase 2 : Elle s’appuiera sur un cabinet extérieur (mission plus loin décrite plus  en détail). Il est demandé au cabinet de faire un travail de formalisation concernant :

  • la stratégie du CDT prenant en considération le travail de la phase 1
  • et des méthodes de travail nouvelles ainsi que des outils de pilotage de l’activité du CDT ( voir plus loin).


OBJECTIFS ET MÉTHODE DE TRAVAIL

 
L’objectif de la démarche


En se dotant d’une stratégie nouvelle, le CDT manifeste la volonté de :

  • S’inscrire dans les grands objectifs politiques du département en matière de tourisme (cf. BP 2017, tourisme social, éco-tourisme, tourisme participatif) et prendre en compte les trois grandes orientations nouvelles (mise en tourisme des territoires, décloisonnement du tourisme, animation de la réflexion,
  • Donner de la visibilité à ses partenaires (OTSI, EPCI, CRT, organisation professionnelles…) sur la stratégie du CDT,
  • Mettre en cohérence toutes les actions menées avec ces objectifs et les cibler,
  • Construire une culture de l’évaluation (méthode et indicateurs).

Ce travail du prestataire conduira à préparer la transformation du Comité du Tourisme en Agence de Développement Touristique, c’est à dire à renforcer les fonctions d’ingénierie et d’accompagnement de projets, créatrices de valeur pour l’institution comme pour son environnement.

Le cabinet proposera une analyse globale de la situation actuelle du CDT et une méthode de travail pour résoudre les problèmes identifiés, et inscrire le CDT dans la vision d’avenir décidée par le Conseil d’Administration. Pour ce faire, il s'appuiera sur le bilan fait par le CDT et intégrera l’analyse de ce qu’il faudrait renforcer, exclure, atténuer et/ou créer pour faciliter la mise en tourisme des territoires et décloisonner le tourisme.

Il proposera par ailleurs des indicateurs de pilotage et de suivi de l’activité du CDT.
 
Le CDT attend du prestataire qu’il formalise l’ensemble de ces éléments par écrit.
Le cabinet proposera des solutions et des voies de changement pour le CDT en précisant les buts et les effets attendus de chacune des propositions qu’il fera.
Il devra en particulier proposer des méthodes de travail permettant aux partenaires comme aux équipes du CDT 35 d’inscrire leur relation et leurs actions dans des cadres plus structurés.

En outre le cabinet devra identifier les financements qui peuvent être mobilisés pour mettre en œuvre les nouveaux objectifs (FEADER, AMI : Appel à Manifestation d’Intérêt…)
Une méthode de travail, une équipe, et un calendrier devront être proposés par le cabinet.

 

Pilotage du travail du cabinet et de la démarche

La conduite de cette démarche se fait sous l’autorité de la Présidente du CDT. Elle s’appuie sur un comité de pilotage intégrant l’ensemble des membres du Bureau et les membres du Conseil d’Administration associé à l’évaluation des actions du CDT.

 

Dates clés du calendrier prévisionnel

Avril : Lancement de la consultation,
Mai : Réception des offres jusqu'au 25 mai, choix des prestataires à auditionner,
Mai : Audition des prestataires sélectionnés
Juin : Choix du prestataire, lancement de la mission
Juin : Présentation par le cabinet retenu de sa méthode de travail pour validation  
Octobre : Présentation des résultats (1 document final et 1 document de synthèse) et vote en Bureau et en CA des orientations nouvelles

Livrable octobre/novembre :  Bilan rédigé de l’action du CDT. Lignes directrices de la stratégie nouvelle du CDT Haute Bretagne Ille-et-Vilaine : nouvelles méthodes de travail et cadre de mise en œuvre.
 
Livrable fin novembre : Stratégie nouvelle du CDT (document final rédigé + outils méthodologiques + indicateurs d’évaluation + sources de financement + document de synthèse).

 

Budget

Le budget de cette mission est plafonné à 40.000 euros.


Calendrier de consultation, durée du contrat, délais d’exécution

La durée du marché est fixée à 5 mois à compter de la notification du marché. L’objectif de rendu final est fixé au plus tard fin novembre 2018.

La date de réception des candidatures est fixée le 25 mai 2018.

Une sélection de cabinets sera effectuée. Il sera proposé aux cabinets sélectionnés de présenter leur offre à Rennes.

 

 

Maitre d’ouvrage : CDT Haute Bretagne Ille et Vilaine

 

Contact : Stéphane Jaouen, Directeur du CDT

s.jaouen@bretagne35.com (par e-mail exclusivement)
 

Retour en haut de page